SNPTV
Pub TV

Les coulisses de la campagne Banque Populaire

BANQUE POPULAIRE AFFICHE SON SOUTIEN AUX ARTISANS COMMERÇANTS AVEC MARCEL

Le 2nd confinement a été un nouveau coup d’arrêt pour de nombreux artisans commerçants qui ont dû, une fois encore, ralentir ou stopper leur activité. Et s’ils sont nombreux à avoir pu reprendre le travail, d’autres doivent encore maintenir leurs rideaux fermés. C’est pour les soutenir tous et montrer le rôle essentiel qu’ils jouent dans nos territoires que Banque Populaire et son agence Marcel ont imaginé un nouveau film publicitaire.
Dans ce contexte Banque Populaire s’engage auprès de ses clients entrepreneurs : en les aidant à rependre leur activité en boutique mais également en accélérant leur transformation digitale.


Questions annonceur :
Laurent BUFFARD – Directeur de la Communication des Marques

Quels sont les enjeux d’une nouvelle prise de parole TV pour votre marque ?
Pour Banque Populaire, qui est la banque des entrepreneurs, l’enjeu est simple : rendre hommage aux artisans et commerçants que cette crise impacte très fortement et qui occupent, chacun s’en rend compte aujourd’hui, bien plus qu’une place dans nos rues, une place dans nos vies. Les conseillers Banque Populaire accompagnent leurs clients au quotidien, en grande proximité et ils mesurent chaque jour combien ce 2nd confinement a été un nouveau coup d’arrêt pour nombre d’entre eux qui ont dû, une fois encore, ralentir ou stopper leur activité. Depuis le début de la crise, ils sont plus que jamais à leurs côtés que ce soit pour l’octroi des PGE ou pour leur permettre d’augmenter leur visibilité sur internet et de développer leur activité en ligne pour rester proches de leurs clients.

Quel dispositif de communication avez-vous mis en place ?
Nous avons mis en place une stratégie écran en TV + Vidéo On line puissante permettant de toucher sur les deux canaux 87% des 25-49 ans, soit plus de 15,3 millions d’individus (base équipés TV).
Sur le digital, media incontournable et complémentaire à la TV, nous avons mis en place une stratégie de ciblage à la fois grand public mais aussi plus affinitaire sur les cibles clés de Banque Populaire grâce à la data socio-professionnelle et contextuelle (pour toucher les artisans, commerçants, dirigeants de PME PMI et décideurs d’entreprise). Cette campagne digitale en complément de la TV tourne sur les plateformes de catch up et sur d’autres inventaires presse qualitatifs tels que Gravity et d’autres réseaux.

Quelles spécificités du média TV avez-vous exploitées pour cette campagne ?
Nous avons adapté le médiaplanning à notre cible prioritaire (les pros) tout en veillant à exposer le plus large public via le choix de la puissance sur le hertzien, couplés à quelques chaines de la TNT affinitaires sur notre cible telles que les chaines d’informations.
Zénith a mis en place une stratégie TV personnalisée et sur mesure pour Banque Populaire afin d’optimiser la visibilité sur cette cible : +70% des contacts délivrés après 19h sur les écrans puissants et qualitatifs
Nous avons ouvert la campagne dimanche dernier avec les écrans et sur les cases de grandes écoutes et avons touché près de 6,3 millions d’individus 25-49ans sur la première soirée.

En quoi la télévision vous a-t-elle semblé incontournable dans votre stratégie ?
La télévision permet de dire haut, fort et à tous que les Banques Populaires sont aux côtés des artisans et commerçants pour les aider à traverser cette crise.
Ce film permet de rappeler au plus grand nombre qu’ils font la richesse de nos régions, de nos villes et de nos quartiers et que cette richesse n’est pas qu’économique, elle est aussi humaine. Faire nos courses chez eux aujourd’hui ce n’est donc pas seulement participer à l’effort national en les aidant à poursuivre leur activité. C’est aussi lutter pour préserver le tissu social de nos territoires. C’est faire perdurer notre qualité de vie, nos savoir-faire et tout simplement les petits bonheurs quotidiens qui nous sont si chers.

Questions agence :
Ghislain TENESSON – Directeur du Planning Stratégique

Que vous a apporté le média TV pour cette campagne ?
La TV représente une vraie opportunité pour faire savoir l’engagement quotidien de Banque Populaire aux côtés des entrepreneurs car la crise a révélé de manière malheureusement brutale que cet engagement bénéficie à tout le monde. Nous sommes tous réunis par un territoire, on appartient à un même écosystème. On a compris que se battre pour les entrepreneurs, c’est se battre pour la qualité de vie de tous.
Mais ce film ne pouvait pas se limiter à raconter l’engagement de Banque Populaire, même primordial. Il devait dans son discours et dans sa forme donner de la part de voix à ceux qui souffrent le plus du confinement et ainsi contribuer à l’effort de solidarité qui a lieu en ce moment. Et pour cela, la TV a joué un double rôle. Quantitatif d’abord car elle a permis de lui donner sa pleine puissance en touchant une audience large partout en France. Qualitative car contrairement à beaucoup de prises de parole qui faisaient appel à la responsabilité des citoyens pour sauver les petits commerces, ce film est un rappel de la place que jouent les artisans-commerçants dans nos vies. Il joue avec nos vécus, nos madeleines de Proust et la TV est parfaite pour faire passer cette émotion.

Comment avez-vous mis en scène les bénéfices de l’offre ?
Ce que l’on a voulu montrer c’est que le bénéfice de l’offre ce n’est pas uniquement la survie économique des artisans commerçants même si c’est évidemment l’objectif premier de l’action de Banque Populaire. Le bénéfice de l’offre c’est la préservation de notre lien avec nos artisans commerçants, c’est la vie des quartiers, des villages. C’est donc ça que nous avons mis en scène car c’est ça qui nous concerne tous, qui doit nous faire agir parce que c’est finalement dans notre intérêt à tous. Ce sont ces moments très quotidiens, essentiels mais presque banals qu’on ne questionne pas d’habitude qu’il fallait mettre en lumière car c’est cette banalité qui nous manque et qui est menacée.

Qu’est-ce qui caractérise cette campagne ?
Dans cette période de crise sanitaire et économique on fait souvent appel à la raison ou au sens citoyen. Il y a de grand discours engagé presque militants ou politiques, anti ceci ou pro cela. Cette campagne contraste car elle est très humaine, assez humble, elle ne parle pas d’économie, elle nous parle de nos vies et c’est ce qui paradoxalement fait sa puissance. Elle ne fait la morale à personne, ne cherche pas à cliver juste à éclairer ce qui nous rend heureux pour donner envie de le préserver et ça fait du bien à tout le monde en ce moment.