SNPTV
Chiffres clés

Télé Lol ou augmentée : que nous réserve la social TV ?

Si les conversations réelles restent le premier mode de discussion autour des programmes TV, une partie des internautes français les commentent également sur Internet, Facebook étant aujourd’hui le premier outil utilisé pour le faire. Les Français semblent par ailleurs faire le tri entre les types d’émissions, certaines d’entre elles méritant plus d’être commentées sur le net que d’autres.
Les programmes TV, sujet fréquent de discussion
La télévision a aujourd’hui une place importante dans la vie des internautes français au-delà du temps passé à la regarder : une majorité d’entre eux déclarent ainsi échanger de temps en temps à propos de programmes et émissions TV avec d’autres personnes. Cette proportion monte à 80%, et même 86% chez les femmes, quand il s’agit de discuter de programmes TV avec des proches et au cours de conversations dans la vraie vie. Une majorité d’internautes (58%) a également ce genre de discussions dans son environnement professionnel, tandis que plus d’un sur quatre (28%) en discute même parfois avec des gens qu’il ne connaît pas. L’échange autour des programmes TV est en revanche moins développé sur Internet, même si 14% des internautes déclarent qu’il leur arrive d’avoir ce genre d’échanges sur Facebook avec des proches.
Si l’on s’attarde plus précisément sur l’interaction avec les programmes TV sur le net, une proportion non négligeable d’internautes déclare tout de même échanger au moins occasionnellement sur Internet à propos de programmes TV. 37% disent en en effet le faire, dont 4% souvent, 12% de temps en temps et 21% rarement, 63% déclarant eux ne jamais le faire. Si les femmes sont là encore plus souvent actives que les hommes (40% au lieu de 34%), ce sont surtout les jeunes qui se démarquent : 76% des 15-17 ans déclarent s’exprimer sur Internet à propos de programmes TV (dont 14% souvent), tout comme 59% des 18-24 ans.

Des échanges sur le net surtout sur Facebook et après la diffusion des programmes

Cette interactivité autour des émissions TV est aujourd’hui principalement captée par Facebook puisque ce réseau social est de loin le premier outil utilisé avec 52% des citations, largement devant les forums et blogs (17%) et sites des chaînes et programmes TV, même si ces deux derniers restent souvent des références chez les personnes d’au moins 50 ans. Le réseau social Twitter est quant à lui cité par 11% des internautes adeptes de l’interactivité, avec des proportions plus élevées chez les jeunes et les cadres. Quant à la façon de commenter sur le net, deux internautes sur trois concernés par la question (67%) déclarent principalement le faire après la diffusion, 24% le faisant en direct et 9% avant la diffusion. A noter que les internautes actifs sur les réseaux sociaux peuvent avoir des habitudes différentes : presqu’un internaute actif sur Twitter sur deux (46%) préfère ainsi commenter en direct, comme c’est également le cas des cadres ou des plus jeunes.

Des échanges jugés différemment selon le type de programmes

L’interactivité autour des émissions n’est par ailleurs pas perçue de la même manière selon le type de programmes concernés. Les reportages et documentaires ainsi que les films, téléfilms et séries sont ainsi les programmes qui  plaisent  le plus aux internautes actifs pour interagir tandis qu’échanger autour des journaux télévisés et magazines d’informations leur permet plus de  contribuer à enrichir le contenu de mes programmes  ou  avoir plus d’occasions de communiquer avec les autres . Ils estiment aussi souvent que cela leur  plaît  d’interagir avec les jeux et divertissements même si une proportion importante d’entre eux jugent aussi que cela est superficiel, une caractéristique également souvent attribuée aux jeux et émissions de téléréalité. Sur ce dernier point, gardons à l’esprit que ces jugements ne reflètent pas forcément les pratiques actuelles autour de la social TV, certains types de programmes occupant souvent une place plus importante dans la vie des Français qu’ils ne sont prêts à l’avouer.

à télécharger