SNPTV
Chiffres clés

TV en ligne – Les principaux enseignements du premier trimestre 2013

  • Des chiffres de consommation stables

La consommation de télévision en ligne a été particulièrement stable au mois de mars 2013 avec  242,5 millions de programmes consommés au total contre 241,3M au mois de février soit progression de +0,5%.

Cette stabilité est d’ailleurs le fait marquant du premier trimestre 2013. Alors que l’on constatait l’an dernier à la même époque une évolution annuelle de +68,2% par rapport au premier trimestre 2011, la progression sur les trois premiers mois de l’année 2013 n’est plus que de +0,4% par rapport au T1 2012. Mais la stabilité ne concerne que la consommation globale. Une comparaison plus poussée entre les premiers trimestres 2011, 2012 et 2013 montre que la structure de la consommation s’est fortement modifiée.

  • La croissance du Live

On assiste en effet à un recul de la consommation de la télévision de rattrapage avec un repli de -7% au premier trimestre 2013 par rapport à la même période de l’an dernier. Les programmes bonus restent stables et c’est donc le dynamisme des programmes Live, en hausse de 72%, qui permet à la télévision en ligne de se maintenir.

  • Le recul du PC

L’autre évolution notable concerne la segmentation de la TV en ligne par support de
consommation. En effet, alors que la consommation avait progressé sur tous les supports entre le T1 2011 et le T1 2012, la situation est très différente sur les trois premiers mois de l’année 2013 puisque seule la consommation sur TV et terminaux mobiles progresse, à un rythme d’ailleurs similaire de 30%. Le PC a vu sa participation reculer de presque 25 points tandis que celles de la TV et du mobile ont progressé d’environ 50% et 300% respectivement.

  • Des dynamiques différentes en fonction des genres de programmes

Enfin, la segmentation des programmes par genre laisse elle aussi apparaître des évolutions contrastées. Conformément aux premiers trimestres 2011 et 2012, la fiction et le divertissement continuent de dominer la consommation de TV en ligne, suivies par l’information. Le classement par genres n’est donc pas bouleversé sur les trois premiers mois de l’année. Mais il est frappant de constater que seules trois catégories sont orientées à la hausse en nombre de vidéos vues par rapport au 1er trimestre 2012 : les films de cinéma, les programmes jeunesse ainsi que la catégorie  Autres . L’ensemble des autres catégories subissent un recul.

Après plus de deux années de progression impressionnante, la consommation de télévision en ligne s’est donc massivement installée dans les usages des téléspectateurs et représente un marché mature. Mais l’évolution des supports de consommation comme des genres les plus prisés montre qu’il existe d’important relais de croissance :

  • La consommation à la demande des programmes jeunesse sur les tablettes constitue une dynamique importante pour la TV en ligne dans les foyers avec enfants.
  • Le succès des dispositifs de Social TV sur les programmes de flux en direct ou diffusés dans les conditions du direct peut contribuer à expliquer le recul de leur consommation en rattrapage. Mais l’arrivée sur le marché de nouvelles solutions permettant l’enrichissement des programmes à la demande pourra permettre d’inverser cette tendance.
  • L’enrichissement des plateformes de rattrapage et des applications mobiles proposées par les diffuseurs (avec notamment une disponibilité en streaming de l’ensemble des programmes) est un atout essentiel pour la télévision en ligne et pour les chaînes confrontées à la concurrence des services multi-écrans des opérateurs de tv payante.
  • L’importance et l’attrait pour les programmes de stocks dans la consommation de TV en ligne laissent à penser que l’enrichissement des offres dans les catégories animation, fiction et cinéma constitue un enjeu essentiel pour les chaînes au moment d’affronter la concurrence des nouveaux services de VàD par abonnement.

> En savoir +

à télécharger