SNPTV
Chiffres clés

Comment les Français suivent et participent à la campagne présidentielle ?

Sites internet des partis politiques, Facebook et Twitter : Les grands perdants de l’élection présidentielle 2012

L’institut d’études Lightspeed Research (groupe WPP) a interrogé au mois de mars plus de 1000 Français qui ont l’intention de voter pour l’élection présidentielle afin de mieux comprendre comment ces futurs électeurs suivent la campagne et participent aux débats politiques.

Le débat politique se vit bien plus en famille et entre amis que sur les réseaux sociaux
Les résultats révèlent que les Français se tiennent surtout informés en suivant les débats politiques à la télévision, en lisant la presse et en discutant avec leurs amis et leur famille tandis que les réseaux sociaux et sites internet des partis politiques sont très peu consultés.

La télévision reste pour la majorité des Français (64%) le principal vecteur d’information sur la campagne présidentielle en 2012 ainsi que la source d’information la plus fiable selon 68% des Français interrogés. La presse écrite et en ligne est aussi un moyen d’information populaire plébiscité par près de la moitié des électeurs (49%).

L’étude montre que les élections présidentielles suscitent un débat politique bien vivant qui se partage entre amis et en famille. Les discussions en famille et entre amis sont en effet privilégiées par 41% des Français afin de s’informer sur la campagne présidentielle. Les 18-34 sont les plus susceptibles de partager ces moments de discussion avec leurs amis et leur famille.

En revanche relativement peu de Français se tiennent informés des évolutions de la campagne grâce aux sites internet des partis politiques (12%) ou aux réseaux sociaux (entre 2 et 3%). Ils jugent d’ailleurs ces sources d’information peu fiables. Seuls 7% des Français interrogés jugent les sites internet des partis politiques comme une source d’information fiable sur la campagne tandis qu’une faible proportion d’électeurs (2%) estiment que Facebook et Twitter sont les sources d’information les plus fiables.

Les réseaux sociaux, des vecteurs encore peu utilisés pour soutenir les candidats

Les Français qui savent déjà pour qui ils vont voter (84% des personnes sondées) ont aussi été interrogés sur les actions qu’ils ont menées afin de soutenir leur candidat. Les données soulignent qu’une fois de plus les électeurs investissent encore peu les réseaux sociaux afin de participer plus activement à la campagne présidentielle.

Parmi les électeurs qui ont choisi leur candidat, la grande majorité (85%) n’envisage aucune action de soutien spécifique sur les réseaux sociaux et les blogs.

L’initiative la plus répandue (suivre et partager avec mes amis les actualités publiées par mon parti politique sur les réseaux sociaux) n’a été menée que par 8% de ces futurs électeurs.

Faible activité en vue sur Facebook et Twitter le soir des résultats électoraux

Les Français ont aussi été interrogés plus spécifiquement sur  les initiatives qu’ils envisagent de mener le soir des résultats du premier et second tour.

Lors des soirées électorales du 22 avril et du 6 mai 18% des électeurs prévoient d’appeler leurs amis et leur famille ou 12% d’envoyer des SMS alors que l’activité devrait être plutôt limitée sur les sites de réseaux sociaux.  Seuls 6% de Français se connecteront sur Facebook pour échanger avec leurs amis et leur famille tandis que 1% des personnes interrogées pensent envoyer des tweets.

Une proportion plus importante de Français âgés entre 18-34 ans devrait cependant envoyer des SMS (18%) ou échanger des messages sur Facebook (10%).

Précisons également que la majorité des Français (67%) ne souhaite mener aucune action particulière le soir des résultats. Cette part d’électeurs  inactifs  atteint même 75% chez les 55 à 64 ans.

Ralph Risk, Directeur Marketing de Lightspeed Research Europe, commente :  L’étude met en lumière l’activité encore restreinte sur les réseaux sociaux dans le cadre de la campagne présidentielle même si les jeunes sont plus actifs que les autres tranches d’âge. La télévision et la presse restent les médias privilégiés pour suivre les élections et les résultats du premier et second tour. Les débats entre amis et en famille émergent aussi comme un élément crucial de la campagne présidentielle. De toute évidence la discussion politique est avant tout un débat vivant qui doit se vivre avec son noyau proche et les jeunes de 18-34 ans favorisent particulièrement ce mode d’échange.

L’étude permet cependant aussi de dévoiler d’autres activités populaires menées par les électeurs en particulier lors des soirées électorales du 22 avril et du 6 mai. Le mobile sera sans doute l’un des grands vainqueurs de l’élection 2012 puisqu’1 jeune sur 5 prévoit d’envoyer des SMS à ses amis et à sa famille. 

Pour plus d’informations

Lucy Green, Greenfields Communications (anglophone)
lgreen@greenfieldscommunications.com T: + 44 7817698366

Ralph Risk, Marketing Director Europe – Lightspeed Research (anglophone)
rrisk@lightspeedresearch.com Tel +44 (0)20 7896 1950 / +44 (0)7876 507689

Méthodologie
L’étude a été menée en ligne au mois de mars 2012 auprès d’un panel de 1035 Français. Sur ces 1053 personnes, 97% ont déclaré avoir l’intention de voter. Les résultats présentés dans cette étude reposent sur les réponses des Français qui ont l’intention de voter, soit 1004 personnes.
 
A propos de Lightspeed Research
Avec des panels en ligne dans le monde entier, Lightspeed Research fournit à ses clients des données précieuses pour les aider à prendre des décisions stratégiques avisées. Nos panélistes réactifs, aux profils très détaillés et vérifiés régulièrement, permettent de réaliser des études variées et complexes. Notre équipe dédiée au support client propose  des services de collecte de données, de conception d’études, de gestion de l’échantillon, de programmation et de remise de données. La compagnie dispose de bureaux aux Etats-Unis, en Europe et dans la région Asie-Pacifique. Lightspeed Research fait partie de Kantar, la division d’études et de conseil de WPP. Pour plus d’informations, merci de visiter www.lightspeedresearch.com

> En savoir +