SNPTV
Actualités

Le SNPTV soutient la campagne

A LA QUESTION pourquoi les sites Internet de la presse, de l’édition, de la distribution et du cinéma sont-ils interdits de publicité à la télévision ?
Il semble que la réponse soit PARCE QUE !

1- Le problème posé :

Le décret de 1992 interdit (cas de figure unique en Europe) de publicité télévisée 4 secteurs : distribution, presse, édition, cinéma. Les entreprises de ces secteurs ont développé des sites Internet. Le CSA souhaitait, pour ces sites, ouvrir une période d’expérimentation et autoriser leur publicité télévisée, dans des conditions très strictes qui empêchaient que ces spots soient un simple détournement de l’interdiction du décret de 1992. Cette intention du CSA a été contestée auprès du Conseil d’Etat (qui est juge du caractère légal de l’intervention du CSA) par les opposants à la libération de ces secteurs à la publicité télévisée : la presse régionale, les producteurs de cinéma en particulier. Leur motivation est essentiellement de sauvegarder la situation actuelle, très protectrice de leurs intérêts.

Le gouvernement a jusqu’ici été du coté de ces derniers et n’a pas, lui non plus, approuvé l’attitude du CSA. En même temps, tout en prônant le développement rapide de l’Internet, il interdit de publicité télévisée (moyen efficace privilégié) les sites Internet des 4 secteurs concernés.

Enfin, de sérieuses discriminations apparaissent : secteurs interdits « encore plus » interdits, impossibilité de faire connaître des diversifications alors que la concurrence étrangère ne subit pas ce type d’interdit.

2- Chronologie des événements :

w 22 février 2000 : Dans son communiqué n°414, le CSA donne une interprétation ouverte de l’article 8 du décret de 1992 relatif à la publicité télévisée : les sites Internet ne font pas partie des secteurs interdits « parce qu’ils forment un secteur économique nouveau et spécifique ».

Certains représentants de la presse régionale, du cinéma, de la radio manifestent leur désaccord avec cette interprétation.

w 29 février 2000 : Dans son communiqué n°416, le CSA élargit à toutes les parties concernées sa consultation sur les modalités pratiques de la mise en ?uvre du principe d’accès des sites Internet aux écrans de télévision.

w Mars 2000 : Les radios commerciales et les syndicats du cinéma demandent au Conseil d’Etat l’annulation pour excès de pouvoir du communiqué n°414 du CSA.

w 22 avril 2000 : Fin de la période de concertation menée par le CSA au cours de laquelle 28 organisations professionnelles ont été entendues.

w 28 avril 2000 : Dans un courrier adressé aux 28 organisations professionnelles entendues, le CSA précise les modalités d’application du principe et fixe au 1er septembre 2000 l’accès aux écrans de publicité télévisée des sites Internet.

w 3 juillet 2000 : Le Conseil d’Etat annule le communiqué n°414 du CSA pour incompétence. L’échéance du 1er septembre fixée par le CSA devient caduque.

3- La campagne :

Les agences de l’AACC ont pris l’initiative de proposer à leurs partenaires désireux de ne pas en rester là, de mener une campagne de publicité à la télévision et dans la presse, pour protester contre cette interdiction.

Une association – baptisée « Comité Pourquoi » POUR les Quatre Univers Oubliés d’Internet – a été constituée et s’est chargée de mettre en ?uvre ce projet.

Ce comité regroupe l’ensemble des agences de l’AACC, les annonceurs, en particulier du secteur de la vente à distance (FEVAD) et du commerce et de la distribution (FCD). Dès l’origine, l’ensemble des télévisions, regroupé au sein du SNPTV, a apporté un concours actif à ce projet. Enfin, du côté de la presse sont présents l’ensemble des magazines regroupés au sein du SPMI et un certain nombre de grands titres de la presse quotidienne désireux de voir évoluer cette réglementation archaïque.

L’agence DDB, avec une création DDB Les Arts, a accepté de réaliser gracieusement cette campagne. Les espaces publicitaires sont également gracieusement mis à disposition par les différents supports.

4- Les objectifs :

Cette campagne se veut être le point de départ d’un dialogue avec les Pouvoirs Publics. La Ministre de la Culture et de la Communication a, avant l’été, fait savoir qu’elle estimait nécessaire l’ouverture d’une concertation, la plus large possible.

Les membres du comité POURQUOI sont effectivement demandeurs de cette concertation, mais ils souhaitent aussi que le dossier soit traité rapidement. La réunion d’une commission n’est pas toujours le gage de la solution des problèmes posés. Or la compétition, en particulier internationale, n’attend pas. Il est donc essentiel, pour les membres du comité POURQUOI, d’éviter toute procédure dilatoire.

LISTE DES PARTICIPANTS AU COMITE POURQUOI :

AACC
FCD
FEVAD
LA TRIBUNE
LES ECHOS
L’EQUIPE
LE MONDE
LE PARISIEN
SNPTV
SPMI

Professionnels, entreprises,
vous pouvez adhérer au Comité Pourquoi en nous écrivant.

PLAN MEDIA PRESSE :

CB NEWS
D.I. Régies
LE MONDE
LE PARISIEN
LE POINT
L’EQUIPE
LES ECHOS
L’EXPANSION
PARIS MATCH
STRATEGIES
TELE 7 JOURS
TELE CABLE SATELLITE HEBDO
TELE K7
TELE POCHE

PLAN MEDIA TV :

TF1
M6
CANAL+
LCI
ODYSSEE
PARIS PREMIERE
SERIE CLUB
TEVA
FUN TV
M6 MUSIC
INFOSPORT
L’EQUIPE TV
AB1

SANTE VIE
PATHE SPORT
COMEDIE !
EUROSPORT
i>TELEVISION
BLOOMBERG
VOYAGE
LA CHAINE METEO

Les quatre spots TV :

La Transparence
Vaste Sujet
Le Stylo
Le Départ