SNPTV
Actualités

le SNPTV fête la musique de pub TV

21 juin 2002 : 21ème Fête de la Musique




Tous les 21 juin, musiciens amateurs et professionnels, fêtent la « Musique » l’été venu. Toute l’année, la musique se fait entendre dans les écrans publicitaires des chaînes TV.

Le Syndicat National de la Publicité Télévisée profite de cette journée pour rappeler la double importance des investissements publicitaires à la télévision de l’édition musicale ainsi que de la place de la musique dans la publicité télévisée.

Quand la musique fait sa publicité à la télévision?

  • 2001 : belle année pour le marché du disque en France ; début 2002, cette tendance se confirme.

Après deux années consécutives de ralentissement (1), le marché des ventes de disques en France ? 5ème marché mondial – est reparti à la hausse de 10,8% en valeur (Vs 2000) et de 7,4% en volume. Au cours des trois derniers mois de 2001, le marché du disque a particulièrement bondi de 17,8% en valeur. Le premier trimestre 2002 semble confirmer cette tendance avec un chiffre d’affaires en croissance de + 4,9%.

En 2000, chaque Français a acheté 2,7 « enregistrements sonores » (2) (CD, cassettes? ) dans la moyenne européenne, contre 4,7 par habitant au Royaume-Uni, 3,9 aux Etats-Unis, 3,4 en Allemagne et 3,3 au Japon.

  • Les dix albums les plus vendus (3) en France en 2001 ont tous été promus en publicité TV.

Autorisés seulement en 1988 à pouvoir communiquer en TV ? 20 ans après la publicité de marques à la TV -, les investissements publicitaires de l’édition musicale ont été multipliés par 3,5 depuis 1990 (4), bien plus que la moyenne de tous les secteurs d’activité. En 2001, ils ont enregistré une augmentation de 37% par rapport à 2000 à près de 353 M? bruts. En 2001, ce sont ainsi 775 références musicales qui ont communiqué à la TV contre 265 en 1990.

La très grande diversité de ce secteur démontre, si besoin est, le soutien pertinent de la publicité télévisée au développement des industries culturelles. En 11 ans, le budget publicitaire moyen brut investi par disque est resté conforme à l’inflation générale : + 1,7% par an et atteint 455 K? en 2001 Vs 1 196 K? pour tous les produits. De plus, ces données d’évolution s’appliquant aux six grandes chaînes nationales, sur les chaînes de complément – dont le tarif brut moyen d’une insertion est de 481 ? (5) – l’accessibilité de la TV aux secteurs culturels s’en trouve d’autant plus renforcée.



è Pour mémoire, l’édition vidéo/DVD a promu 321 ?uvres à la TV pour 108 M? bruts (+ 18%) investis en 2001. Mais, le cinéma et le livre n’ont toujours pas accès à la publicité télévisée.

Janvier-mai 2002 : Musique et publicité TV

  • Sur les 5 premiers mois de l’année 2002  (6) :
  • L’édition musicale est le 2ème secteur [nomenclature Secodip] annonceur en télévision avec un investissement publicitaire supérieur à 134,1 M? entre janvier et mai 2002 (+ 33,1% Vs janvier-mai 2001). Elle représente 7,0 % des investissements publicitaires totaux en TV.
  • Depuis le début de l’année 2002, 434 disques ont été promus à la TV. Vingt annonceurs du secteur de l’édition musicale ont promu chacun en moyenne 22 disques à raison de 28 spots en moyenne par référence.
  • Les ?albums? sont le segment de l’édition musicale le plus présent en TV avec un investissement publicitaire de près de 64,5 M? (+ 27,3% Vs janvier – mai 2001) et 217 disques promus. Le segment des ?compilations d’artistes? suit avec 40 M? (+ 48,5 % Vs janvier – mai 2001) avec 129 CD promus.
  • En complément des chaînes nationales, les chaînes aux thématiques variées offrent aux professionnels du disque encore davantage d’occasions de communiquer auprès de publics mélomanes.

 

Quand la publicité à la télévision fête la musique?

1. La télévision est par essence le média de « pleine expression » le plus complet mariant l’image, le son et le mouvement. La musique est alors un des éléments déterminants dans la publicité qui va aider à une mémorisation encore plus efficace en générant des émotions. 56% des Français déclarent se souvenir en premier de la publicité télévisée (Vs 13% d’une affiche, 2ème média cité) [Baromètre 2001 SNPTV/IPSOS]

2. Notamment au travers de la publicité TV (7), la télévision est la source de revenus la plus importante pour les auteurs-compositeurs-éditeurs de musique : elle est à l’origine de 28% (8) des droits versés par la SACEM en 2000 (+ 14,7% Vs 1999).

3. Enfin, de manière générale, le public apprécie et s?approprie la musique des publicités vues à la TV :

  • en 2001, des musiques de publicité ont été réunies dans cinq compilations spéciales,
  • des sites Internet dédiés aux musiques des publicités TV se sont développés autour de forums de discussion dès les premières diffusions de nouvelles campagnes.

Exemple : Les musiciens des publicités TV en 2002 ? (9)



Ø Les 3 interprètes français préférés en publicité TV (en investissements publicitaires) :

1. Françoise Hardy (Contrex) – 2. Claude Nougaro (Krys opticiens) – 3. Michel Polnareff (Garnier Natea)




Ø Les 3 interprètes étrangers préférés en publicité TV (en investissements publicitaires) :

1. David Bowie (La Poste, SFR Pro) – 2. Santa Cruz (reprise The Beatles) (Orange) – 3. Free (Citroën C3)




Ø Les 2 compositeurs classiques préférés en publicité TV (en investissements publicitaires) :

1. Georg Friedrich Haendel (Levi Strauss & Co.) – 2. Dimitri Chostakovitch (CNP Assurances).

 

(1) Sources : Syndicat National de l’Edition Phonographique : 2000/1999 = – 1%, 1999/1998 = -2,5%
(2) Eurostat / Auvis (services audiovisuels) – Fédération Internationale de l’Industrie Phonographique.

(3) Rq : 9 des 10 albums les plus vendus sont des  » chansons françaises  » : 1. Garou ? 2. JJ Goldman ? 3. Dido ? 4. Manu Chao ? 5. L5 ? 6. G de Palmas ? 7. Les Enfoirés ? 8. Noir désir ? 9. MC Solaar ? 10. Yannick Noah

(4) TNS Media Intelligence (Secodip) ? le marché publicitaire TV brut a été multiplié par 2,1 sur la même période.

(5) TNS Media Intelligence (Secodip) ? moyenne sur 64 chaînes de complément pigées.

(6) TNS Media Intelligence (Secodip) de janvier à mai 2002 ? hors chaînes de complément.

(7) En plus des honoraires versés par les annonceurs, les compositeurs perçoivent leurs droits d’auteurs par la SACEM calculés en fonction de la durée du spot et des tranches horaires de diffusion. Pour le compte des agences de communication et des régies publicitaires TV, le BVP recense les ayants droit par spot et les communique à la SACEM.

(8) L’année du disque ? édition 2002 ? Edition Music Business Consulting

(9) Avec l’aide de la pige qualitative Yacast ? Qualicast. Période : janvier-mai 2002.