SNPTV
Actualités

Interview Olivier Ezratty – Observatoire des Smarts TV

La prochaine conférence Cultur’TV organisée par le SNPTV se tiendra le jeudi 13février prochain au Théâtre Adyar de 8h45 à 10h30, sera animée par Olivier Ezratty, qui de retour du CES fera la point sur les grandes tendances TV & Vidéo repérées lors de l’édition 2014.

Avant la conférence, Olivier nous dévoile sa vision et quelques points qu’il abordera le 13 février.

> La TV n’est plus la star incontestée de Las Vegas ? Qu’est ce qui a retenu ton attention ?

OE : La TV est toujours une star du CES mais sous deux formes : d’un côté des écrans de TV de plus en plus grands, avec la généralisation de la 4K qui est éblouissante et des écrans OLED impressionnants, et de l’autre, un découplage de plus en plus marqué entre les contenus TV et l’écran de TV. A savoir que les vidéos et les chaines de télévision se consomment maintenant sur n’importe quel écran ! Tous les diffuseurs (câblo-opérateurs, opérateurs satellites, opérateurs IPTV ou OTT) ont à la fois une offre TV classique, avec ou sans box, et une offre pour les autres écrans, la tablette étant reine. C’est vrai aux USA et ça l’est aussi en France. Le CES ne changeait pas significativement la donne de ce point de vue-là. Parler de  TV  est maintenant trop vague. Je préfère parler d’expérience télévisuelle, connectée ou pas.

> Tu vas parler des objets connectés dans la maison ? Le téléviseur va t’il y jouer un rôle important ?

Le CES regorgeait en effet d’objets connectés en tout genre. C’est une véritable cour des miracles ou un concours Lépine d’objets plus ou moins utiles, et surtout très redondants les uns avec les autres. Le CES marquait surtout le rôle central des smartphones – et dans une seconde mesure, des tablettes – comme télécommandes de notre vie numérique. Tous les objets connectés présentés au CES, notamment les  wearable devices  étaient des faire-valoir des smartphones. A savoir que leur logiciel et leur interface utilisateur se trouve sur les smartphones. Les smartphones concentrent une grosse valeur d’usage de tous ces objets qui ne sont souvent que des capteurs légers et pas bien chers.

L’écran de TV est l’un des objets connectés de la maison et il est aussi de plus en plus piloté par les mobiles. A ceci près que par rapport aux autres objets connectés de la maison, qu’il est le plus grand et qu’il est collectif tandis que les mobiles sont des écrans personnels ! Phénomène un peu nouveau : l’écran de TV devient l’écran d’une console de jeu, la console étant…. le smartphone connecté en Wi-Fi.

> Les usages de la tv connectée augmentent, comment les annonceurs peuvent ils exploiter cette nouvelle interactivité ?

Quand y regarde de près, les usages de la TV connectée changent mais n’augmentent pas tant que cela. La consommation de TV en live, tous écrans confondus, reste à peu près stable dans la plupart des pays du monde. Ce qui évolue, c’est la manière dont la TV non linéaire est consommée et où et quels degrés de liberté sont proposés aux téléspectateurs pour cette consommation non linéaire. Ils varient d’un opérateur à l’autre et d’un pays à l’autre. Seuls les ados consomment moins de TV linéaire mais se remettent à en consommer une fois devenus adultes. La TV permet de se reposer de la journée, souvent très numérique ! Les annonceurs doivent surtout exploiter l’expérience télévisuelle connectée qui associe de plus en plus l’écran de TV et l’écran mobile qui sont utilisés simultanément par les téléspectateurs. On en est encore en phase d’expérimentations de ce point de vue-là mais l’approche est prometteuse pour intégrer la publicité TV au reste du mix marketing numérique. Je pense sur ce point que l’industrie a besoin de standards pour consolider ces usages.

Merci Olivier pour ton éclairage, rendez-vous le 13 février au Théatre Aydar. Inscription gratuite.
 
Propos recueillis par Pascal Lanot
 
http://www.oezratty.net