SNPTV
Études

TV : Résonance numérique et effet machine à café

Résonance numérique et effet machine à café au service de la performance de la publicité TV
Etude NPA / SNPTV

La télévision a toujours tenu un rôle important dans les conversations des Français. Dans la cour de récréation, autour de la machine à café au bureau, à table en famille ou autour d’un verre avec des amis, les Français aiment parler de ce qu’ils ont vu à la télévision, échanger leurs impressions, leurs coups de cµur, leurs émotions…

Selon une étude réalisée par l’institut CSA pour l’Observatoire Orange-Terrafemina et parue en juillet 2013, la télévision est le sujet de conversation favori des Français, que ce soient en famille ou entre amis (80%), entre collègues (58%) et même pour 28% avec des inconnus, histoire d’engager la conversation, un peu comme le temps qu’il fait ou qu’il fera…

La télévision est par essence  sociale , avant même l’arrivée des outils sociaux tels que Facebook, Twitter ou autres, elle générait de la conversation, elle passionnait les débats. Ce qui a changé avec l’arrivée des nouvelles technologies et de ce qu’on appelle la  Social TV  ou  TV sociale  c’est à la fois l’hyper immédiateté de la conversation et l’élargissement de l’auditoire.

Ainsi on peut observer une corrélation évidente entre le pic d’audience de la TV à 21h (45% des Français soit plus de 26 millions de téléspectateurs en moyenne – source Médiamétrie) et le pic des tweets TV à cette même heure (19% des tweets TV journée soit plus de 47 800 en moyenne – source Mesagraph)

Le SNPTV a souhaité comprendre comment cette nouvelle conversation sociale autour des programmes TV, partie émergée de la force conversationnelle de la télévision,  profitait aux écrans publicitaires donc aux annonceurs. Pour cela le SNPTV a demandé à la société d’études NPA de mesurer cet impact et ces influences sur un secteur qu’est l’automobile.

L’approche par la résonance numérique développée par NPA Conseil et la Factory NPA transpose cette observation de l’imbrication croissante des univers  physiques  et  numériques   à l’univers publicitaire, elle met en évidence la relation entre le Paid (les campagnes conduites par les marques), le Earned (le volume de conversation que génèrent ces dernières) et le Owned (le retour vers les actifs gérés par les marques, à travers le développement de leurs communautés). Et apporte finalement une approche nouvelle de la performance du média TV à l’époque de la convergence.

L’étude porte sur la communication du secteur Automobile en octobre 2013. 11 marques ont été étudiées, elles représentent plus de 80% des immatriculations et un total d’investissements pour le mois d’octobre de 84 millions d’euros bruts pour la TV et 138 millions d’euros bruts pour les autres médias  (soit une part de marché de 38% pour le média TV) – Source Kantar Média

 

L’étude a permis de faire le constat suivant :

1) La présence en TV fait progresser le volume des recherches sur Google pour les marques automobiles communicantes.

On constate une corrélation très forte (0.85) sur un jour donné entre le nombre de recherches sur Google et le montant de l’investissement TV.
– Selon les marques le volume de recherches Google progresse de 6 à 25% selon les jours où la marque communique en TV et les jours où elle ne communique pas.
On constate d’ailleurs que l’impact est d’autant plus fort que la part d’investissement consacrée à la TV est élevée.
– Si on descend au niveau du modèle promu dans le message, ce différentiel de recherches selon que ce soit un jour avec publicité TV ou sans publicité TV persiste avec des évolutions qui vont de +11% à +78%.
2) La publicité TV permet de créer de la conversation autour de la marque et d’élargir ses communautés de fans ou d’intéressés.
– Les interactions entre les marques communicantes et les réseaux sociaux (Facebook, Instagram, YouTube, Twitter ou Google+) sont beaucoup plus fortes les jours de publicité TV. Certaines peuvent même atteindre 32% (comme Volkswagen par exemple).
– En moyenne les communautés des constructeurs étudiés ont grandi de 8% (soit un gain moyen de 16 200 fans, followers ou abonnés). Dacia et Renault obtiennent les meilleurs scores avec une progression de respectivement 28% et 21%.
Notre intuition était bonne, la force conversationnelle des programmes TV, intrinsèque à la télévision, se répercute sur les écrans publicitaires et les communications des annonceurs. La publicité TV fait agir, réagir, interagir.
Cependant, et les résultats le montrent, si la TV est un fantastique catalyseur de conversation, la puissance de propulsion est inhérente à  la conversation elle-même. En effet on constate que toutes les marques ne créent pas la même énergie conversationnelle, n’obtiennent pas le même impact, que ce soit dans l’action ou l’interaction.
Le SNPTV a souhaité s’interroger sur les facteurs de la résonance, sur les ingrédients d’une bonne conversation.
NPA a étudié différents facteurs de résonance : ceux liés au contenu de la conversation (la récence de la création publicitaire, l’attractivité créative, l’incitation à l’action), ceux liés à l’environnement conversationnel (le profil de l’audience TV, la typologie des programmes, les tranches horaires utilisées), ceux liés à l’émetteur de la conversation c’est-à-dire la marque (rayonnement numérique de la marque, la présence digitale des marques que ce soit sur les sites Web, les réseaux sociaux ou le mobile – méthodologie NPA sur plus de 100 critères).
Cette analyse approfondie nous a permis de dégager des atouts conversationnels récurrents :
1- La force de l’environnement conversationnel
Le contexte programme dans lequel évolue la campagne publicitaire impacte sur la force conversationnelle  e-sociale  de la marque.
– Les contenus éditoriaux en résonnance forte avec l’univers de la marque communicante (dans l’étude il s’agissait de toutes les émissions autour de l’automobile et des émissions à profil fortement masculin comme le sport par exemple).
– Les programmes puissants qui de fait ont un potentiel d’amplification et de propagation de la conversation.
– Les programmes  conversationnels  qui permettent aux marques de profiter de l’attitude interactive des téléspectateurs vis-à-vis de l’émission.
2- L’intérêt de la conversation
Aussi puissant et conversationnel que puisse être le contexte programme il ne pourra transcender la faiblesse d’une conversation.
Quelles sont les messages publicitaires qui créent de la conversation, dont on a envie de parler ?
– Les nouvelles créations. D’une manière générale la nouveauté est la base même d’une conversation active et efficace.
– Dans le cas spécifique de l’automobile, les nouvelles technologies, l’innovation créent de l’intérêt et donc de la conversation.
3- L’activation du dispositif numérique centrée autour de la diffusion TV
Pour diffuser au maximum la conversation, la marque doit y participer et la faciliter en mettant en cohérence et en résonance l’ensemble des dispositifs et des  transactions conversationnelles  (Facebook, Twitter, Site propriétaire etc…).

En conclusion l’étude nous prouve, si nécessaire, que la télévision est un formidable sujet à échanges, à partages, à conversations et que l’ensemble de l’offre y contribue, que ce soient les programmes ou la publicité TV.
Mais comme dans toute conversation c’est toujours le contenu qui va susciter ou non ces échanges, et cela est vrai pour les programmes comme pour les films publicitaires.
Cependant ne perdons pas de vue deux choses essentielles, qui valent pour la  vraie vie  comme pour les programmes TV et les publicités :
Tout n’est pas obligatoirement appelé à être commenté, discuté… une publicité qui ne fait pas parler d’elle n’est pas une publicité inefficace… Le  bruit  médiatique peut être un objectif de campagne mais de nombreuses publicités très efficaces sont  discrètes , seul est pertinent d’atteindre l’objectif de l’annonceur.
La  e-conversation , la conversation des réseaux sociaux, est la partie visible de la force conversationnelle d’une campagne publicitaire, elle ne doit pas occulter toutes les conversations  traditionnelles  qui existent et persistent autour de la table familiale, de la machine à café, entre amis.

Contact : Virginie Mary – Déléguée Générale SNPTV
Tel. 01 41 41 43 21
Mail. vmary@snptv.org

 

à télécharger