SNPTV
PUB TV

INPES Programme Contraception

Contexte

En France, le taux de diffusion des méthodes de contraception est particulièrement élevé. 95% des femmes ayant une activité sexuelle et ne souhaitant pas avoir d’enfant utilisent un mode de contraception (La prévention des grossesses non désirées : contraception et contraception d’urgence, rapport de l’IGAS – octobre 2009). Pourtant le nombre d’IVG pratiquées en France, avec près de 200 000 interventions par an, reste constant depuis près de vingt ans.

Ce paradoxe s’explique en grande partie par la spécificité du modèle de contraception français. La pilule est aujourd’hui considérée en France comme la solution quasi universelle aux enjeux de contraception des femmes, tant par le grand public que par les professionnels de santé. Une solution qui, au plan théorique, est idéale, mais qui dans les faits s’avère largement imparfaite : son efficacité dépend en effet fortement de sa bonne observance. Or, si une femme sur 3 déclare prendre sa pilule tous les jours sans aucune difficulté, près d’une sur deux l’oublie ponctuellement, et plus d’une sur cinq l’oublie, en moyenne, au moins une fois par mois (BVA pour l’INPES : Enquête téléphonique auprès d’un échantillon national représentatif de la population française âgée de 15 à 75 ans, de 2004 personnes interrogées du 27 janvier au 7 février 2007).

Problématique

Comment inciter les femmes ayant du mal à bien prendre leur pilule à privilégier les modes de contraception dont l’efficacité ne dépend pas de leur observance (stérilet, implant, etc.), sans dénigrer pour autant la pilule et sous-entendre que cette contraception, utilisée par la grande majorité des femmes, s’avère dans les faits peu efficace ?

  • Faire prendre conscience aux femmes ayant du mal à prendre leur pilule que ce mode de contraception n’est sans doute pas le plus approprié à leur situation personnelle.
  • Les amener à se renseigner auprès d’un professionnel de santé, ou sur le site www.choisirsacontraception.fr, sur les solutions alternatives existantes.

Dispositif

Le dispositif reposait principalement sur un film, diffusé en fin d’année 2011 sur 3 média complémentaires, complété par une insertion presse :

  • Télévision : spot 30’’ diffusé du 28 octobre au 20 novembre.
  • Cinéma : spot 40’’ du 2 au 29 novembre.
  • Internet : bannières vidéo diffusées du 28 octobre au 18 novembre.
  • Presse : annonce diffusée du 28 octobre et le 4 décembre dans les magazines féminins, les magazines people et les gratuits.

Cibles

Les femmes 20-35 ans, sous contraceptif oral, ayant tendance à oublier leur pilule.

Résultats

Selon l’enquête réalisée par l’Institut BVA du 25 novembre au 05 décembre 2011 par Internet, cette campagne a eu un impact intéressant au regard des objectifs visés, en particulier auprès du cµur de cible des femmes oubliant régulièrement leur pilule. Ainsi, parmi les femmes oubliant leur pilule au mois une fois par mois :

Le message de la campagne a été bien mémorisé et a amené une large prise de conscience :

  • 74% restituent des éléments spécifiques de la campagne ;
  • 51% déclarent avoir reçues des informations nouvelles sur les modes de contraception ;
  • 76% se sentent directement concernées.

Elle a également incité les femmes à se renseigner sur les autres modes de contraception existants :

  • 44% se disent incitées à s’informer sur les différents moyens de contraception existants ;
  • 20% déclarent avoir fait des recherches à ce sujet sur Internet au cours du mois précédent.

Vidéo