SNPTV

Communiqué SNPTV Fête de la Musique 2004



   

Si vous ne lisez pas ce mèl, vous pouvez télécharger le communiqué en cliquant ici !

Boulogne-Billancourt, le 18 juin 2004

 

A l’occasion de la Fête de la Musique ce lundi 21 juin 2004, nous vous prions de bien vouloir trouver ci-après le Communiqué de Presse du SNPTV relatif aux investissements publicitaires TV du secteur de l’‘Edition musicale’ et à la musique dans la publicité TV.

 

_______________________________________________________________________________________

è Le Syndicat National de la Publicité TéléVisée regroupe sept régies publicitaires des TV : chaînes hertziennes nationales, chaînes thématiques et services interactifs. Chaque mois, le SNPTV dresse un bilan des performances de la publicité TV associées à l’audience du média.

 

Bien à vous.

 

è Rendez-vous SNPTV : Petit-déjeuner présentation  Maghreb : audience TV et publicité TV des chaînes françaises  par Sigma Conseil : mardi 29 juin 2004  à partir de 8h30 sur la péniche Le Quai.

Renseignements et inscription : pubtv@snptv.org ou + 33 (0)1 41 41 43 23


 

21 juin 2004 : 23ème Fête de la Musique 

Tous les 21 juin depuis 1982, jour du solstice d’été, musiciens amateurs et professionnels envahissent les trottoirs ou fêtent la « Musique » en regardant les programmes TV spéciaux.

Toute l’année, la musique se fait aussi entendre dans les écrans publicitaires des chaînes TV.

Pour la 5ème année, le Syndicat National de la Publicité Télévisée met à profit cette journée pour rappeler la double importance des investissements publicitaires à la télévision de l’édition musicale ainsi que la place de la musique dans la publicité télévisée.


Quand la musique fait sa publicité à la télévision…

¡          Secteur de l’édition musicale : une reprise pour 2004 ? 

Le marché du disque dans le monde est en repli de 7,6% en valeur pour l’année 2003 [1]. L’Europe est particulièrement affectée par cette crise, cependant certains signes s’annoncent positifs pour 2004. En effet, aux Etats-Unis, les ventes semblent repartir depuis le second semestre 2003. Ceci s’explique d’une part par une forte augmentation des ventes des vidéos-DVD musicales (elles représentent à elles seules 5,7% des ventes) et d’autre part, par de réels progrès de la vente de musique en ligne (légale).

¡          Le marché français vu à la loupe

En France, les ventes de disques de l’année 2003 ont baissé de 14,6% en valeur par rapport à 2002. Au cours du premier trimestre 2004, elles continuent de diminuer de l’ordre de 20,3% [2]. Le format le plus touché par cette baisse des ventes est le single
(- 26,0%).

En revanche, le marché des vidéos musicales est en forte progression (+ 75% en volume). En quatre ans, ce marché aura été multiplié par huit. Cela s’explique en grande partie par l’essor de l’équipement en lecteurs DVD des Français. En 2003, près d’un foyer sur deux a la possibilité de lire des DVD [3] (TV, ordinateurs).

¡          Les dix albums les plus vendus en France en 2003 ont tous été promus en publicité TV.

Une fois de plus, la publicité joue un rôle majeur dans la promotion des artistes, puisqu’en 2003 comme en 2002, les dix albums les plus vendus ont tous été présents à la TV.

A noter : le Top 10 des albums 2003 montre une nette différence entre la vente de disques d’artistes francophones et internationaux. En effet, en 2003, 7 des 10 albums les plus vendus provenaient d’artistes francophones [4].

 

Quand la musique fait sa publicité à la télévision…

¡          Recul des investissements publicitaires TV de l’édition musicale

Dans ce contexte économique difficile, les investissements publicitaires bruts de l’édition musicale ont diminué de 21,7% entre 2002 et 2003 [5], avec un investissement total de près de 316,3 M€. Soulignons, cependant, que les professionnels du disque ont augmenté en €uros courants leurs investissements TV de 57% en 10 ans : en 1993, ils s’élevaient à hauteur de 201,8M€.

Malgré cette baisse, on peut noter le maintien d’une très grande diversité musicale vue en publicité télévisée puisque ce sont 914 références musicales qui ont été promues sur les grandes chaînes nationales [6] en 2003.

Par ailleurs, en 2003, les ventes de vidéos musicales ont suivi la progression du secteur de l’édition vidéo avec une croissance de leurs investissements publicitaires en télévision de 71% vs 2002.

A noter : Entre 2002 et 2003, les ventes de titres DVD (tout genre) ont grimpé de 32% en valeur [7].

¡          Sur les 5 premiers mois de l’année 2004 [8] :

L’édition musicale reste le 4ème secteur [nomenclature TNS Media Intelligence] annonceur en télévision avec un investissement publicitaire brut à hauteur de 77,5 M€ entre janvier et mai 2004. Elle représente 3,5% des investissements publicitaires totaux en TV.

A noter : Le premier investisseur en publicité TV est le secteur de l’Automobile (8,8%), suivi de l’Ultra-frais (6,8%) et de l’édition Vidéo/DVD (3,8%).

 

Ø        Depuis le début de l’année 2004, 331 disques ont été promus sur les chaînes nationales.
11 annonceurs du secteur de l’édition musicale ont soutenu chacun en moyenne 30 disques à raison de 26 spots en moyenne par référence.

Ø        Fait marquant pour ce début d’année 2004, les albums sont le segment de l’édition musicale sur lequel les professionnels du disque ont le plus investi en termes de valeur brute (près de 42,1M€) ; toutefois, en termes de références, ce sont les compilations d’artistes qui sont les plus nombreuses (134), suivies des singles (129), devant les 121 albums promus à la télévision.

ZOOM : Musique, chaînes thématiques et espaces régionaux

Ø        En complément des chaînes nationales, les professionnels du disque investissent aussi sur les chaînes du câble et du satellite ainsi que sur les espaces régionaux suivis par TNS Media Intelligence. Sur ces chaînes, en 2003, les investissements du secteur de l’édition musicale se répartissent à près de 6% des investissements TV et donc 94% pour les chaînes nationales [9], à l’instar des autres secteurs. 

Quand la musique fait sa publicité sur les chaînes du câble et du satellite…

Ø        En 2003, l’édition musicale a représenté près de 5% des investissements publicitaires totaux sur les chaînes thématiques et a atteint 20,4M€.

Ø        La diversité musicale est de mise sur ces chaînes puisque le nombre de références musicales est de 685 pour l’année 2003. Entre janvier et avril 2004, 153 µuvres ont déjà été promues sur le câble et le satellite.

A noter : En 2003, 124 références musicales ont été promues exclusivement sur les chaînes du câble et du satellite. Ces dernières constituent en effet une belle opportunité de communiquer auprès d’un public en grande affinité avec l’artiste ou le genre musical.

Quand la publicité TV fête la musique…

La télévision est par essence le média de « pleine expression » le plus complet mariant l’image, le son et le mouvement. En publicité, la musique est donc un des éléments déterminants qui va aider à une mémorisation encore plus efficace en générant le plus d’émotions.

Ainsi, 66% des Français considèrent que le rôle de la musique dans les publicités télévisées est important [10]. Et 47% d’entre eux estiment même que la musique est aussi importante que les images.

Traditionnellement, le public apprécie et s’approprie la musique des publicités vues à la TV :

Ø        Pour preuve, la compilation « Les hits de la pub«  sortie le 30 mars 2004 et qui entre à la 9ème place des meilleures ventes de compilations dès sa 2ème semaine de distribution [11].

Ø        En 2003, le single le mieux vendu en France fût « Chihuahua » de DJ Bobo (Coca Cola). De plus, le titre « We will rock you » (Evian) termine l’année à la 10ème place du classement des singles.

Ø        Depuis 2003, la publicité ne cesse de remettre des artistes disparus au goût du jour tels que Queen (« Another One Bites The Dust » (1980) – SFR), The Beatles (« Come Together » (1969) – Orange) ou encore les Supremes (« Baby Love » (1964) – Bledina). Ainsi, les Beatles, qui ne faisaient plus partie des 200 albums les mieux vendus en 2002, caracolent à la 134ème place en 2003 avec leur album de 1970 réédité : « Let it be…Naked« .

Ø        Des sites Internet dédiés aux musiques des publicités TV se sont développés autour de forums de discussion dès les premières diffusions de nouvelles campagnes ; des sonneries de téléphone à télécharger s’inspirent aussi de ces mêmes musiques de pub.

 

 Quelle musique pour quelle publicité TV…

TOP (en investissements publicitaires) des musiciens des publicités TV

avec l’aide de la pige qualitative Yacast Qualicast
Période
: 1er juin 2003 – 31 mai 2004 [11]

 

Ø Les 3 interprètes français préférés en publicité TV :

1. Michel Polnareff (Peugeot 206) – 2. Lucienne Boyer (Aquarel Eau minérale) –
3. Mano Negra (GMF Assurances Prestige)

Ø Les 3 interprètes étrangers préférés en publicité TV :

1. Queen (SFR, Evian) – 2. Skons (Caisse d’Epargne)3. Black (Fleury Michon)

Ø Les 3 interprètes pop rock préférés en publicité TV :

1. The Beatles (Orange) – 2. Andreas Johnson (Nutella)3. David Bowie (Vittel, La Poste)

Ø Les 3 compositeurs classiques préférés en publicité TV :

1. Georges Bizet (Ajax, Peugeot) – 2. Nino Rota (Barilla) – 3. Gabriel Fauré (Renault)

Ø Les 3 compositeurs de musique électronique préférés en publicité TV :

1. Télépopmusik (AOL) – 2. Audio Bullys (Toyota) – 3. Radio 4 (Coca Cola).

Ø L’interprète de Jazz préféré en publicité TV :

1. Bing Crosby (Caprice des Dieux)

Ø Les 2 interprètes de Blues préférés en publicité TV :

1. The Supremes (Bledina) – 2. Armando Sciascia (Toyota).

Ø Les 3 interprètes de World Music préférés en publicité TV :

1. François Moity (GDF) – 2. Luis (Groupama Assurances) – 3. Robbie Poitevin (Fiat)

Ø Les  interprètes de musique traditionnelle préférés en publicité TV :

1. A la claire fontaine (Cristaline) – 2. Vive le vent/Jingle Bells (Hasbro)

Ø L’interprète de Rap préférée en publicité TV :

1. Missy Elliott (Narta)

  

Retrouvez tous les mois le Top 10 des musiques de publicité TV en cliquant ici !



[1] Fédération Internationale de l’Industrie Phonographique
[2] Syndicat National de l’Edition Phonographique

[3] Médiamat/Médiamétrie

[4] Source : SNEP. Rq : 1. Norah Jones – 2. Florent Pagny – 3. Carla Bruni – 4. Kyo – 5. Céline Dion – 6. Les Enfoirés – 7. Dido – 8. Calogero – 9. Hélène Ségara – 10. Evanescence.

[5] TNS Media Intelligence

[6] TF1, France 2, France 3, Canal +, France 5 et M6.

[7] Syndicat de l’Edition Video

[8] TNS Media Intelligence de janvier à mai 2004 – hors chaînes thématiques et espaces régionaux.

[9] TNS Media Intelligence

[10]  IPSOS/Spedidam –  Le rôle de la musique à la télévision  – décembre 2003

[11] IFOP– Classement des singles 2003.

[12] Produits classés en fonction de leurs investissements publicitaires sur les chaînes nationales (le premier étant le plus investi).

 

   Droits de reproduction et de diffusion réservés Š SNPTV

http://www.snptv.org  

Pour vous désinscrire, cliquez ici