SNPTV

Communiqué SNPTV année 2005 : audience et publicité TV



   

Si vous ne lisez pas ce mèl, vous pouvez télécharger le communiqué en cliquant ici !

Boulogne-Billancourt, le 13 janvier 2005

  

Nous vous prions de bien vouloir trouver ci-après le Communiqué de Presse du SNPTV relatif au premier bilan de l’audience et de la publicité TV pour l’année 2004.

 

è Bilan complet de l’audience TV et de la publicité TV en 2004 dans la
lettre d’information  vuàlatél頝 N°8  de février 2005.

_______________________________________________________________________________________

è Le Syndicat National de la Publicité TéléVisée regroupe sept régies publicitaires des TV : chaînes hertziennes nationales, chaînes thématiques et services interactifs. Chaque mois, le SNPTV dresse un bilan des performances de la publicité TV associées à l’audience du média.

Bien à vous.

Contact presse : Stéphane Martin

T. +33 (0)1 41 41 4 3 2 1

1, quai du Point du Jour
F-92656 Boulogne Cedex
fax : +33 (0)1 41 41 43 30
courriel :
smartin@snptv.org


Année 2004 positive pour l’audience TV et la publicité TV
è Le public des individus âgés de ‘4 ans ou +’ a regardé la TV 3h24min par jour :
+ 3 min/j. [1]
è Les investissements publicitaires TV progressent à 5,2 Mds € bruts : + 4,9% (+ 244 M€) [2]

¡          Année 2004 : 84,7% des téléspectateurs âgés de ‘4 ans ou +’ ont regardé la TV au moins une fois par jour, soit plus de 45,7 millions d’individus quotidiens.

Mois après mois, l’audience TV a soutenu la comparaison avec le niveau déjà très élevé de 2003. En moyenne sur l’année 2004, la durée d’écoute par individu enregistre une progression de trois minutes (vs 2003) et atteint un nouveau niveau record à raison de 3 heures et 24 minutes par jour auprès du public des individus âgés de ‘4 ans ou +’. 2004 devient la 8ème année consécutive d’augmentation du temps quotidien passé à regarder la télévision.

Les téléspectateurs (4 ans ou +) des foyers abonnés à une offre élargie de programmes (au moins 15 chaînes) ont regardé en moyenne 7 minutes de plus par jour la télévision (à 3h31 min vs 3h24 min).

Ce sont ainsi, chaque jour, près de 615 000 téléspectateurs supplémentaires (+ 1,4%) quotidiens qui ont regardé la télévision au cours de l’année 2004 vs 2003.

Par public, les audiences des Femmes âgées de 25 à 34 ans et des Ménagères âgées de moins de 50 ans ont été les plus significativement en hausse en valeur absolue avec des croissances respectives de + 17 minutes et + 9 minutes par jour de durée d’écoute.

Chaque adulte (15 ans ou +) résidant en France métropolitaine a regardé la télévision 4 minutes de plus par jour ; pour tous ceux qui disposent d’un accès Internet à domicile [3], l’augmentation de la durée d’écoute individuelle est même de 8 minutes quotidiennes en 2004.

Les jeunes adultes (15 à 24 ans) suivent la même tendance que leurs aînés en consacrant aussi 4 minutes de plus par jour à la télévision ; s’ils résident dans un foyer avec Internet, leur durée d’écoute TV croît de près de 6 minutes par jour en 2004 vs 2003.

Durée d’écoute par individu (Médiamat/Médiamétrie)
Individus ‘4 ans ou +’

 

1993

1994

1995

1996

1997

1998

1999

2000

2001

2002

2003

2004

Déc.

3h19

3h14

3h27

3h18

3h25

3h25

3h27

3h31

3h42

3h40

3h42

 

3h40

Année

2h57

2h58

3h01

2h59

3h00

3h06

3h09

3h14

3h18

3h21

3h21

 

3h24
ì

La tendance positive française se vérifie globalement à l’international au vu des premiers bilans annuels :

          Allemagne (3 ans ou +) : + 7 minutes par jour à 3 heures 30 minutes,        [SevenOne Media/AGF-GfK]

          Corée (4 ans ou +) : + 2 minutes par jour à 3 heures 16 minutes,    [KOBACO/TNS Korea]

          Etats-Unis (2 ans ou +) : + 2 minutes par jour à 4 heures 27 minutes,         [Initiative/NIELSEN]

          Pays-Bas (6 ans ou +) : + 5 minutes par jour à 3 heures 12 minutes,          [SPOT]

          Royaume-Uni (4 ans ou +) : – 2 minutes par jour à 3 heures 42 minutes, [ITV/BARB-TNS]

          Turquie (5 ans ou +) : + 11 minutes par jour à 4 heures 58 minutes,           [BIRMAS/AGB]             

 

¡          Année 2004 : les investissements publicitaires TV sur les six chaînes nationales franchissent la barre des 5 milliards d’euros bruts : + 4,9% (+ 243,6 M€) en un an.

En décembre 2004, les annonceurs ont investi sur les chaînes nationales (hors espaces régionaux, chaînes thématiques et commercialisations spécifiques) 489,3 M€ bruts, soit une augmentation de 2,8% (+ 13,4 M€) vs décembre 2003.

En 2004, l’investissement publicitaire TV sur les six chaînes nationales atteint ainsi 5,2 Mds € bruts, soit une augmentation de 4,9% vs 2003. Ce qui représente plus de la totalité des investissements publicitaires en TV des années 1992 et 1993 cumulées !

La hausse des investissements publicitaires TV est restée positive chaque mois tout au long de l’année 2004.

Investissements publicitaires bruts TV 2004 vs même période 2003
[TNS Media Intelligence]

1er trimestre

2ème trimestre

3ème trimestre

4ème trimestre

+ 5,4%

+ 7,5%

+ 5,3%

+ 2,1%

 

¡          Evolution des investissements publicitaires TV (en milliards d’€ courants)

2000

4,58

2001

4,41

2002

4,73

2003

4,93

2004

5,18

A fin novembre 2004 : 488,2 M€ (+ 25% vs 2003) ont été investis sur les chaînes thématiques et les espaces régionaux. [TNS Media Intelligence]

¡          En 2004, les secteurs annonceurs de la grande consommation et des loisirs confirment leur confiance en la publicité TV.

Les 3 premiers secteurs de la télévision, Alimentation (1,4 Md€ / + 4,6%), Toilette – Beauté (723,7 M€ / + 0,7%) et Edition (566,7 M€ / -4,1%), sont toujours fidèles à la TV pour promouvoir leurs produits. Ils représentent respectivement 26,8%, 14,0% et 11,0% des investissements publicitaires TV totaux.

Les trois plus fortes croissances en volume en termes d’investissements publicitaires bruts à la TV – après l’Alimentation (+ 61,1 M€) – sont celles des familles Transport, Services et Télécommunication :

è Les constructeurs automobiles de la famille Transport reviennent en TV avec des investissements publicitaires de 448,2 M€ en 2004, soit en évolution de + 52 M€ (+ 13,1%). Les immatriculations de véhicules neufs (voitures particulières et utilitaires légers) sont en hausse brute de 1,3% à 2,4 M [CCFA] ;

è les investissements de la famille Télécommunication ont été particulièrement tirés par les fournisseurs d’accès à Internet : + 85,2% (+ 49,5 M€) et les SMS et interactivité : + 160,9% (+ 21,5 M€) ; au total, ce secteur a investi 298,6 M€ en télévision, soit une augmentation de + 41,9 M€ (+ 16,3%) vs 2003.

è la famille Services a investi en télévision 321,6 M€ (soit + 37,9 M€, + 13,2% vs 2003). Ce sont les secteurs de la banque de détail et de l’assurance qui ont renforcé cette hausse avec respectivement + 23,3 M€ et + 8,1 M€ vs 2003.

¡          Nouveaux secteurs en publicité télévisée

En 2004, la famille Information-média affiche de très bonnes performances :
+ 91,6 M€ à 224,2 M€ grâce à l’ouverture, le 1er janvier 2004, des écrans publicitaires TV des chaînes nationales aux éditeurs de la presse : 74,9 M € investis, soit 1,4% de toute la publicité TV.

è Les distributeurs et éditeurs littéraires – encore interdits de publicité télévisée sur les chaînes nationales hertziennes – ont investi à fin novembre 2004 : 16,3 M€ sur les chaînes thématiques et les espaces régionaux. Ainsi, avec la Presse comptant pour 81% de cette ouverture, la télévision devrait avoir bénéficié en 2004 de
92 M€ (estimés) bruts de nouvelles recettes au cours de la première année d’application de la réglementation modifiée.

 

 

Tableau de bord de la publicité TV – année 2004 (six chaînes nationales)

[TNS Media Intelligence]

 

è 931 annonceurs (+ 10%) ont communiqué sur 4 090 de leurs produits ou services.

è Le budget moyen investi par produit est de 1,3 M€ bruts.

è Le coût moyen d’un spot TV : 9 510 €.

è Fort d’une audience en hausse sensible, le nombre total de contacts (= GRP) délivrés aux annonceurs par les 30 écrans publicitaires TV quotidiens de chaque chaîne n’a jamais été aussi élevé depuis 2001 [4] auprès de cibles recherchées comme les ‘Actifs’, ‘Individus CSP+ [5]’ ou ‘Hommes’…
Le coût/GRP [6] de la télévision auprès du public des ménagères âgées de moins de 50 ans est ainsi en baisse de 2,5% à 3 822 €uros bruts. En moyenne depuis 1996, le coût/GRP auprès de cette cible a progressé de 2,15% par an conforme à l’indice des prix à la consommation.

è La durée totale de la publicité TV diffusée est stable : + 0,9% vs 2003, à 2 minutes 46 secondes par écran publicitaire. En 10 ans, la publicité TV a progressé de 21 secondes par écran, soit l’équivalent d’un spot supplémentaire (20,1 secondes en moyenne en 2004).

è Le parrainage [7] des émissions de TV – non inclus dans la valorisation des investissements publicitaires bruts – est en légère baisse à – 1,3% en nombre de messages.
Top 3 des Familles
 : 1. distribution (22,6%), 2. alimentation (16,7%), 3. services (12,4%).



[1] Médiamat/Médiamétrie – du 1er janvier au 31 décembre 2004 vs 2003, ensemble journée.

[2] TNS Media Intelligence (hors espaces régionaux, chaînes câble et satellite et commercialisations spécifiques) – année 2004 vs 2003.

[3] Médiamat/Médiamétrie – Telereport : moyennes annuelles, ensemble journée.

[4] Base de comparaison possible suite à l’application de la loi Trautmann qui a réduit la durée sur les chaînes publiques.

[5] Catégories socio-professionnelles supérieures totalisant 9,76 M d’individus équipés TV.

[6] Le coût du GRP (base 30 secondes) rapporte le tarif brut d’un spot de 30 secondes à l’audience de l’écran publicitaire. Autrement dit, l’investissement publicitaire brut vu par 103 100 ‘Ménagères âgées de moins de 50 ans’ a été de 3822 € en 2004 ; il a été de 3922 € en 2003 pour toucher 101 900 ‘Ménagères âgées de 15 à 49 ans’.

[7] TNS Media Intelligence– TF1, France 2, France 3, Canal +, France 5, Arte et M6.

 

   Droits de reproduction et de diffusion réservés Š SNPTV

http://www.snptv.org  

Pour vous désinscrire, cliquez ici