SNPTV

Communiqué SNPTV 1er quadrimestre 2005 : audience et publicité TV



   

Si vous ne lisez pas ce mèl, vous pouvez télécharger le communiqué en cliquant ici !

Boulogne-Billancourt, le 11 mai 2005

 

Nous vous prions de bien vouloir trouver ci-après le Communiqué de Presse du SNPTV relatif au bilan de l’audience TV et de la publicité TV en avril 2005 et pour le 1er quadrimestre 2005.

 ____________________________________________________________________________________

è Le Syndicat National de la Publicité TéléVisée regroupe six régies publicitaires des TV : chaînes hertziennes nationales, chaînes thématiques et services interactifs. Chaque mois, le SNPTV dresse un bilan des performances de la publicité TV associées à l’audience du média.

Bien à vous.

Contact presse : Stéphane Martin

T. +33 (0)1 41 41 4 3 2 1

1, quai du Point du Jour
F-92656 Boulogne Cedex
fax : +33 (0)1 41 41 43 30
courriel :
smartin@snptv.org

 

 

1er quadrimestre 2005 : audience TV en progression et publicité TV stable à un haut niveau

è Le public des individus âgés de ‘4 ans ou +’ a regardé la TV 3 h 40 min par jour
(+ 5 min) [1]
è Les annonceurs ont investi 1,71 Md€ en publicité TV (stable vs 1er quadrimestre 2004) [2]

 

¡          Avril 2005 : 85,7% des téléspectateurs âgés de ‘4 ans ou +’ ont regardé la TV au moins une fois par jour, soit 47,2 millions d’individus quotidiens.

La durée d’écoute quotidienne TV des individus âgés de ‘4 ans ou +’ atteint un niveau record pour un mois d’avril et gagne cinq minutes quotidiennes par rapport à 2004. Au total, les Français ont regardé la télévision chaque jour 3 heures 28 minutes.

Ce mois d’avril a de nouveau confirmé la place de la télévision lorsque les Français ont à partager des grands temps forts de l’actualité, des événements tragiques ou heureux. Les émissions spéciales relatives à la mort du pape Jean-Paul II [3] suivie de l’élection de Benoît XVI, de la disparition du Prince Rainier III de Monaco [4] ou le mariage du Prince Charles et de Camilla [5] ont, une fois de plus, réuni les Français devant leur  petit  écran.

¡          Premier quadrimestre 2005 : plus de 48 millions de téléspectateurs ont regardé au moins une fois par jour la télévision.

Très bon début d’année pour l’audience TV sur les quatre premiers mois : la durée d’écoute par individu est en hausse (vs 2004) de 5 minutes par jour à 3 heures 40 minutes auprès du public des individus âgés de ‘4 ans ou +’.

La durée d’écoute est particulièrement en hausse auprès du public des jeunes femmes âgés de 25 à 34 ans (+ 13 minutes/jour), des ménagères avec enfant(s) (+ 13 minutes/jour) ou encore des hommes âgés de 35 à 49 ans (+ 11 minutes/jour).

Durée d’écoute par individu [Médiamat/Médiamétrie]
Individus âgés de ‘4 ans ou +’

 

1993

1994

1995

1996

1997

1998

1999

2000

2001

2002

2003

2004

2005

avril

2h53

3h02

3h01

2h56

2h55

3h10

3h14

3h17

3h22

3h22

3h16

3h23

3h28
ì

1er quadri.

3h06

3h10

3h12

3h11

3h08

3h19

3h24

3h21

3h30

3h32

3h32

3h35

3h40

ì


¡          1er quadrimestre 2005 : les annonceurs investissent toujours autant en télévision.

Forts de cette audience croissante, en cumul sur les quatre premiers mois de l’année 2005, les investissements publicitaires TV sont stables à un haut niveau et totalisent 1 708 M€ (soit + 0,1% vs 1er quadrimestre 2004). [6]

Au cours du 1er quadrimestre 2005 [7]
è
Les annonceurs ont investi 1,71 Md € en publicité TV (stable vs 1er quadrimestre 2004)

Parmi les 5 premiers secteurs annonceurs, l’alimentation et la toilette-beauté sont toujours en retrait, mais représentent respectivement 27,0% et 14,0% des investissements TV totaux et conservent les deux premières places. A noter toutefois, les bonnes performances en avril 2005 de la famille toilette-beauté qui a progressé de 9,6 M€ (+ 14,4%) vs avril 2004.

Les investissements des familles services, télécommunication, transport et habillement-accessoires-textile compensent toujours ces reculs :

– la plus forte progression en investissements bruts revient à la famille services :
+ 24,6 M€ (vs 1er quadrimestre 2004) pour atteindre 122,8 M€ (+ 25,0%). Ce sont particulièrement les secteurs de l’assurance (+ 7,7 M€, + 28,9%) et du personnel intérimaire 
[8] (+ 5,1 M€, + 285,2%) qui entraînent cette hausse.
A noter : près de la moitié de la croissance des investissements TV de la famille services a été enregistrée sur le seul mois d’avril 2005.

– les annonceurs de la famille télécommunication ont investi en télévision 101,2 M€ (soit + 17,0 M€, + 20,2% vs janvier-avril 2004). Ce sont les secteurs de la convergence télécommunication (p.e. : formules multi-play Internet + téléphonie, Internet + télévision ou Internet + téléphonie + télévision) et de la téléphonie mobile qui ont contribué à cette croissance.

– les annonceurs du transport (automobile) ont augmenté leurs investissements TV de
+ 14,6 M€ à
169,8 M€ en télévision (soit + 9,4%). Sur la même période, les immatriculations de voitures particulières neuves ont progressé de 5,9% a 720 884 (+ 40 388 véhicules vs 1er quadrimestre 2004). [source : CCFA]

– la famille habillement – accessoires – textiles maintient sa progression en publicité télévisée : + 18,6% (+ 5,0 M€) à 31,7 M€.

 

Tableau de bord de la publicité TV – 1er quadrimestre 2005
(TNS Media Intelligence : six premières chaînes nationales)

 

è 624 annonceurs (+ 3,1%) ont communiqué sur 1 910 produits ou services.

è Le budget moyen investi par produit est de 894,5 K€.

è Le coût/GRP [9] auprès du public des ménagères âgées de moins de 50 ans est stable (+ 0,6%) à 3 670 €uros bruts.

è Le parrainage des émissions de TV – non encore inclus dans la valorisation des investissements publicitaires bruts – est en hausse à + 3,3% en nombre de messages.
Top 3 des Familles :

1. distribution (20,0%) ; 2. alimentation (13,0%) ; 3. information-média (12,3%).



[1] Médiamat/Médiamétrie

[2] TNS Media Intelligence, hors parrainage TV, chaînes du câble, du satellite et de la TNT, espaces régionaux et commercialisations spécifiques, aux prix tarifs avant remises et dégressifs.

[3] Samedi 2 avril 2005

[4] Mercredi 6 avril 2005

[5] Samedi 9 avril 2005

[6] A noter : Les retransmissions, journaux télévisés et émissions spéciales consacrés aux funérailles et mariage, aux commémorations du soixantième anniversaire de la libération des camps de concentration, ou aux débats sur le référendum de la constitution européenne ont conduit a une diminution de 2,1% du nombre d’écrans publicitaires.

[7] Janvier = + 1,6% ; février = – 4,7% ; mars = + 4,3% ; avril = – 1,5%

[8] Depuis la loi 2005-32 du 18 janvier 2005 de programmation pour la cohésion sociale, les entreprises de travail temporaire peuvent  également participer au service public de l’emploi  en proposant des contrats en CDI et le font savoir par la publicité télévisée.

[9] Le coût du GRP (base 30 secondes) est l’indicateur économique communément utilisé en France rapportant le tarif brut d’un spot de 30 secondes à l’audience de l’écran publicitaire.

   Droits de reproduction et de diffusion réservés Š SNPTV

http://www.snptv.org  

Pour vous désinscrire, cliquez ici