LES EDITIONS PRECEDENTES

Demain sur vos écrans... Retour du CES - Le 13/02/2014



 

Inspirations & Imaginaires créatifs - Le 03/12/2013



 

Inspiration Publicitaire - Le 14/02/2013

INSPIRATION PUBLICITAIRE
Frémissements // Signaux // Courants
QUELLES SONT LES TENDANCES DU MOMENT ? 
 
 

 

Émotion un enjeu publicitaire - Le 13/12/2012

LES RACINES DE L'ÉMOTION & SES CONSÉQUENCES POUR LA PUBLICITÉ

  • Qu’est ce que l’émotion ?
  • Émotion, attention, mémorisation.
  • Émotion et culture.

VOIX EN OFF : LE RÔLE DE LA VOIX DANS LA TRANSMISSION DES ÉMOTIONS

  • Quel impact ont les voix sur l’individu ?
  • Signature et empreinte vocale.
  • Décryptage de grandes voix publicitaires

 

Individu et technologie TV 2.0 : une nouvelle conversation - Le 03/04/2012

Vers une nouvelle esthétique sociale : la transformation des publics, des technologies et de leurs relations.

 

Tablettes antiques et cerveaux à venir - Le 14/02/2012

Monique Atlan et Roger-Pol Droit se sont proposés d'aborder quelques pistes de réflexion philosophique. Sans étonnement, pas de philosophie. Reste à savoir ce qui peut nous étonner le plus aujourd’hui. Sans aucun doute les nouvelles découvertes sur le cerveau et les révolutions numériques, et plus encore leurs entrecroisements et correspondances. On se propose donc d’explorer, entre passé et futur, mémoire humaine et archives digitales, quelques pistes reliant cerveaux et réseaux.

>>> Trois questions pour commencer...

1 – « Une tablette où il n’y a rien d’écrit ». C’est en ces termes qu’Aristote décrit notre intelligence, dans son traité De l’âme. Ce ne serait qu’une coïncidence sans signification s’il ne précisait, un peu plus loin, que cette tablette intelligente est un élément d’un réseau, indépendant des individus, sans lequel « rien ne pense » ! Le philosophe de l’Antiquité n’a évidemment pas « anticipé » nos machines. Nos ingénieurs n’ont évidemment pas repris ses modèles. Pourtant ce n’est pas une simple rencontre de hasard. Alors ?

2 – Les meilleurs spécialistes du cerveau affirment que nous connaissons actuellement environ 5 % de ses capacités. Il reste donc beaucoup à faire. Mais il n’est pas exclu qu’il existe une limite à ce « connais-toi toi-même », car il se peut que la complexité du cerveau soit trop grande pour être comprise par le cerveau.

3 – Nos réseaux de neurones et nos réseaux sociaux ont des points communs. Mais ils ne sont pas non plus copiés les uns sur les autres. Comment comprendre le sens et la portée de leurs parallélismes ?


 



LES ETUDES DE L’ANNÉE 2014 >>>